à batons rompus avec
Daniele Vastolo

PAR

AIDA KASSAB

PARAKEVAS

POSTÉ LE

10 Septembre

2017

Evasion

Précédemment directeur de groupe des opérations de Nikki Beach Hotels & Resorts, vous avez à votre palmarès l’ouverture de plusieurs hôtels dans divers pays tels la Grèce, la Turquie, Dubaï, et géré d’autres aux Seychelles, à Fidji et autres toujours au soleil... En débarquant à Beyrouth quelle a été votre première impression?
Le Liban est fascinant et Beyrouth en particulier mais contradictoire comme peu de villes au monde. Ma première impression était définitivement positive, parce que nous sommes dans une ville où la devise «Jamais un moment d’ennui» s’applique vraiment et ça part de domaines sérieux comme la politique à l’aspect amusant de la vie. Cela peut frustrer les étrangers facilement, mais je pense que je suis une personne internationale. J’ai vécu et travaillé dans 13 pays. Lorsque vous voyagez beaucoup, vous développez une compétence spéciale pour l’adaptation; étant un invité, vous devez faire des efforts pour comprendre et apprécier la culture et les coutumes du pays et la façon dont les choses se font.
Depuis novembre 2016, en prenant en charge le plus grand et le plus complexe des complexes hôteliers de grand standing à Beyrouth, quelles ont été vos réalisations?
Quand on m’a proposé le poste de directeur général de la propriété, je me suis senti très fier car, comme vous le dites à juste titre, il ne s’agissait pas seulement de gérer un hôtel, mais j’étais appelé à gérer un nom emblématique au Liban: le “Summerland Resort”. La propriété qui, pour beaucoup de Libanais, a une très forte valeur sentimentale et rappelle les années dorées de Beyrouth et j’ai beaucoup de respect pour cela.
Aujourd’hui, un an après le lancement, nous avons réussi à positionner la propriété comme l’un des principaux hôtels sur le marché en étant ainsi récompensé par 2 prix. Le premier est le titre de “Projet Hospitalité Libanaise de l’Année 2017” lors de la 14ème édition de la conférence annuelle “Business Warriors” organisée par Lebanon Opportunities le 11 octobre à Beyrouth; et le second est “Hotel Renovation & Restoration” lors de la cérémonie AHEAD MEA qui s’est tenue à la Dubaï Design Week le 15 novembre.
En plus de ce qui précède, nous sommes fiers de vous annoncer qu’à compter de 2018, l’hôtel passera à un grade plus haut, de «Top Luxury» à «Bespoke» dans les appellations Kempinski.


Dans un pays carrément sans afflux de touristes, quels sont les difficultés encourues et les conseils que vous pouvez prodiguer?
Lorsque vous travaillez dans une ville comme Beyrouth, vous devez faire attention à ce qui change autour de vous. Nous vivons dans un monde si rapide; le plus grand défi consiste à suivre les nouvelles tendances et à s’y adapter. Notre activité est en constante évolution, comme par exemple l’industrie de la réservation qui a changé et offre beaucoup plus de choix; nous devons suivre ces changements. Nous devons être présents dans tous les canaux de vente afin d’assurer une juste part du gâteau. Quant au manque de touristes, c’est tout récemment que nous l’avons connu après la tourmente politique.
L’autre défi est de comprendre ce qui est important pour la génération d’aujourd’hui. Notre industrie est souvent mise au défi de trouver de bons jeunes motivés pour nous rejoindre: leur philosophie et leurs valeurs dans la vie ont tellement changé par rapport à ma génération, et des ajustements dans le style de management doivent être faits pour s’adapter à ce changement.

Bien que superbement situé, le Kempinski Summerland reste éloigné du “Beirut by night” du centre-ville et alentours, vos restaurants en souffrent-ils?
À cet égard, nous devons différencier l’hiver et l’été; car s’il est vrai qu’en hiver, nous souffrons certains jours de la semaine, par contre en été, nous avons parmi quelques points de vente en plein air, un restaurant et une terrasse avec une vue à couper le souffle surplombant la mer et les toits de Beyrouth.
Nous avons le meilleur brunch du dimanche dans notre restaurant Candelabra, très prisé surtout par les familles. Il y a quelques mois, nous avons embauché Georges Mansour, l’un des chefs cuisiniers les plus talentueux du pays, et nous sommes en voie de changer tous nos menus pour répondre à la demande des clients.
Quel est votre cheval de bataille? (salles de banquet, restaurants, commodités)
Kempinski Summerland Hôtel & Resort a beaucoup à offrir. Tout d’abord, il a été soigneusement conçu pour répondre aux besoins des voyageurs tout autant que des locaux. L’hôtel dispose de 153 chambres et suites élégamment meublées, en plus de 6 bungalows privés, avec une vue incomparable sur la Méditerranée qui entoure la côte libanaise. Ceux qui veulent profiter du soleil peuvent choisir parmi un ensemble de piscines et une grande variété d’activités nautiques tels que le ski nautique et le parachute ascensionnel. Si je dois choisir un élément à part les chambres, ce qui est de loin le meilleur produit sur le marché, je dirais que nos salles de banquets intérieures et extérieures nous offrent l’avantage d’y faire des installations uniques pour les cérémonies et les mariages. Les jardins et la plage en été deviennent magiques la nuit tombée et j’avoue que nous avons organisé des mariages qui étaient tout simplement WOW, étant donné que vous êtes littéralement en pleine ville et sur la mer, dans un cadre absolument unique au Liban.

Quel message souhaitez-vous laisser aux lecteurs de Masculin?
J’invite tous les lecteurs de Masculin à venir expérimenter par eux-mêmes ce

«Summerland» rénové, une promenade nostalgique certes mais je leur assure qu’ils repartiront de cet endroit magique, ce serait avec une pointe de fierté dans leur cœur en voyant de près ce que le nouveau Kempinski Summerland Hotel & Resort peut leur offrir.